Jem’ah ONG : un regroupement des jeunes engagés dans la transformation de vin

8 août 2019 0 Par Chronikactu Médias

Créée depuis le 11 décembre 2016, Jem’ah ONG est une association regroupant des jeunes engagés dans la promotion de l’éducation des femmes et enfants en République démocratique du Congo.Ayant compris le sens de l’entrepreneuriat comme la conséquence première de la création de valeur (richesse, emploi), Jem’ah ONG s’est inscrite dans la fabrication et la transformation des vins à base des fruits et des légumes.

Cette petite entreprise de transformation est située au numéro 106 de l’avenue Ngatshie, dans la commune de Limete.
Approchée, Carine Ntumba, caissière au sein de l’ONG et membre actif dans la transformation de vin nous explique les raisons de cette innovation

« tout est parti des colloques organisés à l’accoutumer par le centre d’accueil Caritas Congo. Nous étions initiés à la couture, à l’agriculture, à la fabrication des vins et autres, pendant ces colloques. À l’issu de ces séances de formation, chacun de formés devait être en mesure d’exploiter un domaine de son choix pour en faire un gagne-pain. C’est ainsi qu’avec Leticia Mwabila, Présidente de Jem’ah ONG avons décidé d’exploiter la fabrication et la transformation des vins afin de générer des moyens financiers à la survie de l’ONG ».

« Il est vrai, poursuit-elle que le vin est une boisson alcoolisée obtenue par la fermentation du jus de raisin. Ici à Jem’ah transformation, nos vins ne sont pas seulement faits à base du jus de raisin mais également à base du jus de banane, du jus d’ananas, du jus issu des feuilles d’avocatier, de la citronnelle et autres. Pour le vin à base des légumes, nous exploitons d’abord le jus de la fougère. C’est ce qui fait notre originalité”.

De la conservation à la distribution

Misili en conservation

Dès la fabrication, nous utilisons des ustensiles artisanaux c’est-à-dire, nous achetons des fûts pour la conservation de nos vins, vu l’insuffisance des moyens. Pour chaque fût, nous allons dans le 100 à 120 litres équivalent de 12 à 15 bidon pour toutes les textures banane, ananas, misili ainsi de suite. La production est en termes de litre par jour. Et la fermentation du vin à base de la banane prend généralement deux semaines, et celle du vin à base de légume va au-delà de 21 jours.
Méconnue, nous faisions du porte à porte pour faire connaitre nos produits. Nous sollicitons également auprès des restaurants, des terrasses, et même des supermarchés la consommation et la vente de nos produits.”

Les flacons des laits caillés de 30 cl nous sont d’une grande utilité. Nous les achetons, y mettons notre vin pour la distribution. Le flacon de 30 cl coûte 1500 FC et le bidon de 5l revient à 15$. Mais d’ici deux semaines, nous aurons notre propre marque de flacon.

Les avantages de Kanku Vigno et du vin Mwika

Ces vins naturels au dosage raisonnable de l’alcool ont pour avantage : la source du sucre, la diminution des risques de maladies cardiovasculaires, la diminution des maladies neurodégénératives, zéro produit chimique y compris, la diminution des risques de dépression nous relate Elie Baswa, consommateur du Kanku Vigno et du vin Mwika. Quand j’ai entendu parler de ce vin, j’ai négligé et mon premier réflexe, les produits « made in Congo » ne sont jamais bien traité ni bien conservé. La méfiance a pris son envol quand j’ai gouté au Kanku vigno en comparaison à d’autres vins c’est plus naturel, poursuit cet étudiant de l’UNIKIN.

Déborah Mangili

Partager