Unikin: reprise des cours confirmée pour le mois de mars

Unikin: reprise des cours confirmée pour le mois de mars

La coordinatrice nationale des étudiants du Congo, Prisca Mwalanya, affirme la fin de suspension des cours à l’ université de Kinshasa pour le mois de mars 2020.

C’est au cours d’un entretien téléphonique lors de la grande édition du journal sur la chaîne télévisée, Kin24, que Prisca Mwalanya l’a précisé sans donner des précisions sur les revendications des étudiants, en outre elle fait savoir que la reprise des cours ne dépend pas de la réhabilitation des homes.

À la même occasion la représentante des étudiants congolais précise que les cours vont reprendre normalement mais les homes seront toujours fermés jusqu’à la fin de la réhabilitation et l’identification des occupants.

Cette annonce intervient un jour après des manifestations des étudiants contre l’augmentation des frais académiques à l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication(Ifasic) qui se sont soldées par des troubles suite auxquels 3 étudiants( tous de la première licence) sont suspendus définitivement de cet Alma mater et la suspension des cours jusqu’à nouvel ordre par le comité de gestion.

Pour rappel deux universités à Kinshasa sont déjà enregistrées à la suspension des cours suite aux manifestations au motif de la hausse des frais académiques, telle est leur revendication. Le vent avait débuté à l’Université de Kinshasa durant deux jours soit le lundi 06 et le mardi 07 janvier, des manifestations qui ont fait deux morts( tous policiers), des blessés et attestations avant la décision du ministre de l’enseignement supérieur et universitaire suspendant toutes les activités académiques et déguerpissement des étudiants occupants des homes de cette université. À l’Ifasic même revendication qui a engendré des troubles, révocation et suspension des cours.

La question se pose sur la longueur de la liste si une entente n’intervient pas plus rapidement possible sur le montant des frais académiques pour que la situation ne soit pas plus pire au futur pour d’autres universités ou instituts supérieurs sur l’ensemble du pays au risque de perturber le calendrier académique déjà souffrant.

 Abraham Malembe
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils