Serge Maabe : « la RDC doit migrer de l’Etat failli à l’Etat stratège »

Serge Maabe : « la RDC doit migrer de l’Etat failli à l’Etat stratège »

Outre l’intervention de l’économiste Amsini Dandy Matata sur la guerre des intelligences, la conférence du samedi 15 juin 2019, organisée par le groupe ISHANGO, en la salle ShowBuzz (Kitambo) a connu également l’intervention du juriste et politologue Serge Maabe. Il s’agit d’une intervention explicative des principes et caractéristiques d’un Etat dit stratège.

Deuxième intervenant à cette séance d’échange, Serge Maabe, juriste et politologue déplore le regard sombre que fixe l’occident sur la République Démocratique du Congo :

« En effet, l’extérieur nous considère comme un Etat failli pendant que le Japon qui développe une forte croissance en la mafia n’est pas dans le classement, l’inde un pays qui autorise des massacres interreligieux n’y est pas non plus. Il y a lieu de se questionner poursuit-il sur les conditions réunies de ce classement mondial, qui attribue à la RD Congo la 2ème place sur l’échelle des pays faillis après le Soudan ».
Pour pallier le phénomène « Etat failli », le Juriste propose l’Etat stratège comme remède aux différents maux que connait le pays : « La RDC doit devenir un Etat stratège, car poursuit-il, dans un entendement plus large, Le stratège c’est celui qui voit loin, c’est celui qui organise son travail en vue de parvenir à un résultat. C’est encore celui qui initie des mécanismes pour se mettre en supériorité », argumente-t-il.

Les ressorts d’un Etat stratège

« La migration de l’Etat failli à l’Etat stratège respecte certains principes et développe certaines caractéristiques que la RDC est appelée à s’y conformer », explique-t-il. De ce fait, le Congo, plus encore les politiques congolais doivent avoir une vision politique à long terme de la société, c’est-à-dire une vision qui fait croix à l’instantanéité.

Par ailleurs, la RDC doit également tenir des activités à rendements croissants, participer à la vision de ceux qui ont compris l’entrepreneuriat (favoriser les entrepreneurs), participer à la régulation des activités spéculatives, décourager les rentiers, et enfin devenir national sur le long terme.

L’image des marques

L’image des marques dévoile l’orateur, renvoie à l’image reflechie, celle que le congolais se renvoie dans son moral « mbokoyo ekobonga te », « totekango soki toko teka tokabola mbongo ». Le moral public doit exister mais il ne doit pas être en tout le temps négatif l’image des marques doit muter du négative au positive
Pour être un Etat stratège, la RDC doit mettre en place une éducation passionnante, à transmettre à des étudiants passionnés munis d’un savoir-vivre ensemble.

L’Etat ne se développera pas avec un slogan politique, mais avec la qualité des services sociaux. A cela, s’ajoute la culture comme une marque déposée qui nous sort de l’animalité et nous différencie des autres. Et la cohésion nationale un pilier essentiel pour tout pays qui se veut développer.
Approché par Chonikactu.net, Trésor Sangha, agent public de l’Etat et participant à la conférence se dit motivé par cet éveil de conscience en l’endroit des jeunes : « Je suis de ceux qui pensent que nous pouvons changer le Congo avec des idées et les conférenciers sont du même avis que moi et cela me motive encore plus de voir comment ils éveillent la conscience non seulement des jeunes, mais aussi celle des autorités congolaises à faire mieux pour le développement du pays ».

Déborah Mangili

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils