RDC: le gouvernement ne renouvellera plus le contrat avec Semlex pour la production des passeports

RDC: le gouvernement ne renouvellera plus le contrat avec Semlex pour la production des passeports

Longtemps décriée par les congolais, la situation du prix élevé de passeport en République Démocratique du Congo est la source de tous les maux, les derniers jours ont été marqués par la pression de la société civile congolaise qui tirait la sonnette d’alarme pour cette situation, sensible aux revendications de ses compatriotes, la Ministre Congolaise des Affaires Étrangères, Marie Ntumba Nzeza, en guise d’améliorer son secteur, elle annonce la fin définitive du contrat de la RDC avec la société Semlex en terme du bail en cours et qui prendra fin le 11 juin prochain.

Semlex est une entreprise Belge créée en 1992 pour la production de documents d’identification biométrique qui a passé l’accord avec la République Démocratique du Congo pour la production de passeport en 2015 sous les règnes de Joseph Kabila. Ce passeport est l’un des plus chers dans le monde. Il coûte à chaque Congolais qui en fait la demande 185 dollars[soit près de 175 euros]. A titre de comparaison, le passeport français pour un adulte coûte 86 euros, soit moins de la moitié du prix d’un passeport congolais.
D’après les documents consultés par Reuters, le gouvernement de la RDC ne recevrait que 65 dollars sur les 185 payés pour chaque demande, soit 35% du prix.
L’essentiel des sommes versées par les citoyens congolais va directement à Semlex et à une petite société basée dans le Golfe persique.

Cette décision de la Ministre est conjointe à celle annoncée par le Porte-parole du Chef de l’État, Kasongo Mwema. Marie Ntumba Nzeza confirme que la RDC ne va plus travailler avec la société Belge en ces mots, “Je confirme ici que le contrat avec Semlex a bel et bien été rompu. Nous n’allons plus travailler avec Semlex pour renouveler le passeport de la RDC “, a affirmé ce vendredi 15 mai au micro de la Radio Okapi la Ministre des Affaires étrangères.

A titre de rappel, cette décision avait été annoncée par la cheffe de la diplomatie congolaise au président de ce groupe dans une correspondance datée du 7 mai. Dans cette lettre, le gouvernement congolais avait informé le président du groupe Semlex de la fin du contrat pour l’implémentation du système d’identification biométrique national, intégrant la production des passeports électroniques congolais.

Abraham Malembe

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils