Les Jeunes femmes congolaises invitées à entreprendre

Les Jeunes femmes congolaises invitées à entreprendre

Une trentaine de jeunes femmes ont pris part, le 14 septembre dernier à un salon d’échange axé sur le thème: « vos cheveux, une entreprise ambulante ». Tenu en la salle Kristen Tshika Company dans la commune de Lingwala, cette miniconférence a été organisée par L’association des jeunes entrepreneurs chrétiens dénommée la Jedidjah foundation.

Au programme, deux orateurs ont été conviés à animer les exposés sur l’entrepreneuriat et la découverte de soi. Il s’ agit notamment de la jeune demoiselle Francine Oly, présidente-directrice générale de Nappy’s F Oly et de Monsieur Jean Dark Campbell Kakusu, Professeur à Bellevue collège (Washington).

La nécessité de pouvoir s’accepter

Dans son exposé, la PDG de Nappy’s F Oly s’est appesantie, de prime abord, sur l’importance de pouvoir s’accepter soi-même en donnant son propre témoignage, car l’acceptation de soi aboutit à des résultats positifs et te sert d’éclaireur dans ton domaine de prédilection.

« Agée de 17 ans à peine, je cherchais continuellement à améliorer mon côté extérieur oubliant que pour améliorer l’extérieur faudrait déjà avoir amélioré l’intérieur. J’étais comme une ado perdue » témoigne-t-elle, avant de renchérir,
“Dans ma quête vers la découverte de soi, j’ai décelé que le plus important était que je m’accepte comme telle, une femme afro. Quand j’ai compris cela, c’était comme un déclic sur une nouvelle page de mon histoire. Je me suis lancée dans la culture des cheveux afro, et j’ai découvert que les produits naturels étaient des remèdes nutritifs et efficaces du traitement des cheveux. Au fur et à mesure, les gens appréciaient les effets de ces produits sur moi et me donner conseil. Mes capillaires sont alors devenus une entreprise ambulante. J’ai commencé à traiter et trouver des solutions aux problèmes capillaires des autres (sexe confondu) jusqu’à me décider de monter une entreprise de consultance sur le traitement des cheveux nappy c’est de là qu’est née la société Nappy’s F Oly, qui a deux ans d’existence aujourd’hui”.

Les sacrifices de la grâce

Saisissant la balle au bond, le Professeur Jean Dark Kakusu s’est attelé à expliquer aux jeunes participantes le bien-fondé de considérer la grâce que l’on a reçue et de la partager avec d’autres.

« Je suis éducateur et entrepreneur, le meilleur encouragement à donner, la meilleure connaissance à partager avec ces jeunes, le message important à retenir est qu’à chaque fois que nous parlons de la grâce il ne faudrait pas oublier les sacrifices sans lesquels cette grâce ne sera pas possible. Les potentiels que chacun possède sont une grâce et chaque fois dans la vie que tu fais un pas, il faut toujours retourner vers la source, regarder en arrière considérer le don de Dieu et le partager avec l’autre. Mieux encore, il ne faut pas s’évaluer compte tenu du présent », a recommandé ce professeur d’Université américain.

A l’honneur, la cofondatrice et chargée des projets de la jedidjah foundation a pris le relais pour mettre l’assistance au parfum des objectifs poursuivis par son association. Jorissa Watikilu a, à ce propos, évoqué les piliers de ce réseau, en l’occurrence : aider les jeunes à déployer leur esprit créatif et les accompagner dans cette démarche. Pour la cofondatrice, cette miniconférence axée sur les cheveux Nappy n’est qu’une métaphore illustrant l’idée selon laquelle avant de travailler son aspect extérieur, nous devons d’abord travailler son aspect intérieur. Parce qu’être entrepreneure c’est savoir qui l’on est et ce que l’on possède. Voilà ce que l’idée maitresse de cette réunion entre femmes

Déborah Mangili

Partager

One thought on “Les Jeunes femmes congolaises invitées à entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils