Kinshasa: Controverse autour des mesures prises sur le nombre des passages dans les bus

Kinshasa: Controverse autour des mesures prises sur le nombre des passages dans les bus

Les autorités de la ville province de Kinshasa ont lancé un communiqué vendredi sur la réduction de nombre des passagers dans les transports en commun, ces mesures souffrent dans son application selon le constat fait un jour après cette annonce.

Dans les grandes artères de Kinshasa comme sur avenue poids lourds, boulevard Lumumba, avenue Luambo Makiadi(Ex Bokasa), Boulevard Triomphal, avenue Kasa-vubu et avenue de la libération(Ex 24 novembre), seule la majorité des bus Tranco, Esprit de vie et New Transkin qui font l’effort de respecter le message du gouverneur via le commissaire provincial de la police, le général Sylvano Kasongo. Quant aux taxis-bus Hiace, Mercedes 207 et autres ainsi que les taxis communément appelés Ketch et les taxi-motos les mesures de 10 personnes pour les taxis-bus, 3 personnes pour les Ketchs et une personne pour la moto ne restent que les simples écritures sur la feuille lue dans le communiqué.

Pour savoir plus notre rédaction a tendu le micro à quelques chauffeurs, selon un conducteur de véhicule marque Ford Transit, ces mesures sont incomplètes et injustes, ” Moi je verse 70.000fc chaque jour. Ce montant reste(70.000fc), le prix du carburant à la station reste au même montant et le prix de transport reste comme avant(500fc) mais seulement le nombre de nos clients qui est réduit, alors quand je termine le boulot le soir mon patron tend la main pour avoir son droit maintenant on va faire quoi?

Les autorités doivent regarder tous les aspects avant de prendre de telles décisions car pour moi ces mesures sont incomplètes et injustes, qui ne nous favorisent pas” a lancé ce conducteur à destination grand marché(Zando).

D’autres conducteurs justifient leur désobéissance par la difficulté de transport dont sont déjà victimes les kinois avant mêmes ces nouvelles instructions. Ils disent être incapables de faire descendre les passagers qui sursautent à bord des véhicules dès qu’il s’arrêtent dans un arrêt de bus.

Par ailleurs les agents de la police circulent dans les points chauds de la ville pour faire respecter les mesures prises par les autorités de Kinshasa, en arrêtant les conducteurs désobéissants ou faisant descendre simplement les passagers avant de faire un avertissement verbal aux chauffeurs.

Pour limiter la propagation de COVID-19 certaines mesures ont été prisés pour le transport en commun dans la ville de Kinshasa entre-autre la réduction de nombre des passagers à bord de ces transports.

Abraham Malembe

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils