Exagération de la dot, une arnaque que le pouvoir public doit stopper

Exagération de la dot, une arnaque que le pouvoir public doit stopper

Comme le pouvoir publique a le droit de protéger la population, il est temps qu’il protège aussi les hommes face à la grosse arnaque que devient la dot en République Démocratique du Congo.

La constitution congolaise du 18 février 2006 reconnait, en son article 40 alinéa premier que tout individu a le droit de se marier et l’article 361 alinéa deux du code de la famille fait de la dot une condition sine qua non pour la célébration de cette union. Ce mariage ne peut être célébré que si la dot a été effectivement versée en moins en partie.


Mais il est paradoxal de constater qu’en matière de la dot, le pouvoir public a laissé libre cours aux familles, qui en ont fait une affaire très lucrative en l’encontre de traditions. Alors que celles-ci Veut que la dot soit un bien que le mari donne à la famille de l’épouse à titre symbolique.
L’on constante que les familles font trop des demandes, telles que : télévision plasma, nombres exagérés des cassiers de boissons, les motos, panneaux solaires, rajouter à tous ça des sommes allant jusqu’à 10.000$. Une arnaque qui ne dit pas son nom.

l’État doit s’imposer pour réglementer la hauteur de la dot, car ces énormes couts empêchent de milliers de congolais de jouir du droit de se marier.

Sharonne Djema/ Stagiaire,PACOM

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils