Diffamation à l’encontre de Denise Nyakeru: Me Royal Kongolo et son équipe ont déposé une plainte contre son auteur

Diffamation à l’encontre de Denise Nyakeru: Me Royal Kongolo et son équipe ont déposé une plainte contre son auteur

Le lundi dernier, la fille de l’honorable Ngoy Kasanji, a partir d’une vidéo lancée dans les réseaux sociaux, proféré des insultes contre la Première Dame, Denise Nyakeru.

La fondation Kongolo Royal a pour cette raison, déposé ce 19 août, une plainte de dénonciation au parquet près d’une cour contre Christelle Kasanji.

A ce sujet, Maitre Royal Kongolo a livré ses motivations au micro de chronikactu au cours d’un entretien.

“Nous n’avons pas été victime mais plutôt nous avons dénoncé un certain nombre des faits infractionnels contre Honorable Christelle Kasanji, fille de M. Ngoy Kasanji pour fait d’outrage, diffamation à l’égard de la Première Dame. Aussi on l’accuse de volonté de pouvoir à exposer le Chef de l’État”, a-t-il expliqué.
Pour lui, la femme congolaise a été indignée, l’opinion congolaise a été vexée par ces propos.

Selon Royal Kongolo, le Président de la fondation qui porte son nom, la loi prévoit la répression dans ce genre de cas.

“Ces faits selon nous sont constitutifs d’infractions de diffamation à l’encontre de la Première Dame, infraction pour laquelle il y a plusieurs infractions. Du moins il y a l’une des infractions pour lesquelles nous avons saisi l’autorité du parquet en vue d’obtenir justice conformément aux articles 74,75 et 77 du code pénal congolais (…)”, a-t-il démontré.

Concernant les excuses de l’auteur des insultes, M. Royal Kongolo dit que ce n’est pas leur travail. A ce stade, c’est à l’autorité du parquet de mesurer le niveau de l’appréciation.

“L’infraction est individuelle en même temps, elle q pour correspondant l’officier du ministère public. Ce n’est pas par la diligence de la victime que nous avons introduit cette dénonciation ; mais il appartient plutôt à l’officier du ministère public de pouvoir se saisir même d’office sans qu’il y ait un plaignant”, a déclaré Royal Kongolo.

Selon lui, l’instruction de l’affaire ne peut pas être conditionné par les excuses présentées par l’autre partie. Il pense que la justice doit faire son travail. C’est à ce niveau qu’on appréciera les mesures atténuantes.

Christian Lotendo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils