COVID-19 : Vendredi 27 mars 2020, Une journée apocalyptique à Kinshasa

COVID-19 : Vendredi 27 mars 2020, Une journée apocalyptique à Kinshasa

Tout est parti la veille, soit dans la soirée du jeudi 26 mars 2020 quand le Gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila a annoncé par un communiqué le confinement total intermittent de la population kinoise dès le samedi 28 mars et pour une période de 4 jours suivi de 2 jours de circulation, une rotation qui devrait durer 3 semaines. Une annonce qui a causé la panique générale dans le chef des habitants de la capitale Congolaise qui compte près de 15 millions d’habitants.

Vendredi d’enfer pour la population, entre panique et psychose

Entre panique et psychose et face à cette décision, la population kinoise s’est vue dans l’obligation de prendre des précautions pour survivre durant cette sombre période. Si devant les supermarchés et magasins de la capital l’on voyait de longs fils d’attente en ébullition ailleurs dans les grands marchés comme Zando, Gambela, passant par rond-point Ngaba ou Marché de la Liberté l’on assistait à des liesses des marrés humaines, se précipitant pour s’approvisionner des vivres. Créant des bousculades et attroupements en violation même des règles d’hygiène et de distanciation sociale recommandées, exposant tout un chacun à la contamination au coronavirus, devrons-nous craindre une propagation en masse à Kinshasa? Au-delà de tout ça, un casse-tête lié à la flambée des prix des denrées alimentaires dans le marché. Certains produits ont vu leurs prix être doublés et même triplés à exemple d’un sac de riz qui est passé de 32000FC à 48000FC. Une situation décriée par plus d’un, dans une ville ou la pauvreté et le chômage battent son plein et ce, dans l’inaction totale de l’autorité politico-administrative. Si les uns malgré tout, ont pu s’acheter un petit rien, d’autres par ailleurs se sont vus impuissants, incapables de s’acheter ne serait-ce qu’une mesure de riz ou de sucre, attendant ainsi la mort non pas par coronavirus mais plutôt par la famine. Une journée apocalyptique que nombreux des kinois n’oublieront pas.

Le revirement incroyable de l’autorité urbaine

Sur le même sujet:Urgent : Il n’y aura plus de confinement total à Kinshasa

Après une fatidique journée, émaillée d’une agitation démesurée, dans la soirée, les Kinois ont appris par les ondes de la Radio TOPCONGO, de la voix du porte-parole du gouvernement provincial l’annulation ou mieux, le report du confinement général de Kinshasa prévu débuter le samedi 28 mars. Un revirement justifié par la spéculation des prix observés dans les marchés de Kinshasa. Selon d’autres sources, la décision du gouverneur étant prise sans consentement du gouvernement central, ce dernier s’est vu recadrer par sa hiérarchie qui lui a demandé de sursoir la décision.

Kinshasa compte depuis le 10 mars, 58 cas confirmés du coronavirus, 5 morts et 3 guéris. Le Président de la République Felix Tshisekedi avait déclaré un état d’urgence sanitaire en vue de faire face à cette pandémie. Parmi les décisions prises, la fermeture des frontières, des établissements scolaires, lieux des cultes et lieux de jouissances ainsi que l’interdiction de tout attroupement de plus de 20 personnes.

Edel Mulumba

Partager
%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils