Covid-19: L’isolement de Kinshasa,une affaire rentable aux frontières qui restent perméables en catimini

Covid-19: L’isolement de Kinshasa,une affaire rentable aux frontières qui restent perméables en catimini

Depuis le 23 mars 2020 le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, avait décrété l’état d’urgence, à la même occasion il avait annoncé l’isolement de Kinshasa des d’autres provinces de la RDC. Moins de deux semaines après, le constat est amer. Dans plusieurs frontières, certains agents commis à l’exécution de cette mesure, laissent la voie, au-delà des véhicules ou bateaux ayant des marchandises, aux intrus qui sortent et entrent dans la capitale en complicité de ces agents de la police ou militaire moyennant quelques billets de banque.

Dans la commune de Maluku, à l’est de Kinshasa, où nous avons mener une enquête; un bateau cargo de la compagnie fluviale de transport Carbone basée à Kinshasa, charge et transporte des marchandises à partir de port à proximité de celui de Baramoto, fait une escale à Maluku pour embarquer des passagers en complicité avec des agents commis à la frontière, une nouvelle affaire rentable pour ces agents qui ont droit à une caution entre 1000fc et 2000fc pour des passagers qui vont débarquer à Yumbi dans la province de Mai-Ndombe.

Une passagère qui est arrivée à Kinshasa avec ses marchandises dans la nuit de mercredi à jeudi 02 avril 2020 explique comment ils font à notre reporter,
“Nous sommes des commerçants, nous sommes la plupart des veuves, nos enfants doivent manger. Nous avons seulement ce trafic comme notre seul moyen pour nourrir nos familles. On conclut le marché déjà à partir du port avec le gérant, on vient attendre le bateau à Maluku, on fait de longs trajets à pieds pour embarquer dans un lieu isolé je ne dirai pas le nom, on paie pour le transport du bateau à l’aller 8.000fc et 1000fc ou 2000fc aux militaires pour nous laisser partir, au retour avec nos marchandises on négocie seulement , le prix n’est plus fixe. Arrivées à Maluku c’est maintenant à chacun d’utiliser son courage pour chercher à sortir de là sans perdre une de ses marchandises.” A fait savoir cette commerçante à notre reporter déguisé en client grossiste.

Important à retenir, ce bateau navigue à tout prix pour arriver dans la nuit à Kinshasa afin de débarquer ses passagers au vu de ces agents, selon une autre information recueillie auprès de la même source. En dehors de ces pratiques mafieuses qui s’opèrent dans ce coin, dans la route nationale numéro 1 dans la frontière de Kinshasa et la province de Kongo-Central les mêmes pratiques se font mais avec beaucoup plus de discretion selon ce que nous apprend un commerçant qui était autorisé d’entrer avec ses marchandises mais refusé de sortir de Kinshasa pour regagner sa province de provenance.

Plusieurs observateurs manifestent leur mécontentement face à ces situations qui jusque-là ne savent pas si les autorités provinciales ne font pas le suivi des mesures prises par le président de la République pour éviter la propagation de coronavirus dans d’autres provinces, à encroire certaines personnes les gouverneurs et les commissaires de la police provinciaux de ces provinces citées sont complices car ils seraient au courant de ces pratiques mais ne sanctionnent pas à titre examplatif ces agents de police et militaire qui sont enregistrés par rapport à leur calendrier de poste.

La RDC compte jusqu’au 01 avril, 123 cas, 11 décès et 3 guéris. En dehors de la ville province de Kinshasa, trois autres provinces(Sud-Kivu, Nord-Kivu et Ituri) sont déjà touchées. Les mesures d’isolement de Kinshasa c’est pour éviter la propagation de Covid-19 dans le reste des provinces du pays.

Abraham Malembe

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils