Coronavirus-RDC : La mauvaise communication des autorités met la vie de tout un peuple en danger

Coronavirus-RDC :   La mauvaise communication des autorités met la vie de tout un peuple en danger

C’est avec des doutes, peurs et contestations que la population kinoise vit la pandémie du coronavirus depuis l’annonce du premier cas testé positif, le 10 mars 2020. Une nouvelle qui a travaillé sur la psychologie et crée des paniques chez certains, qui, jusque-là pensent que c’est pour le bénéfice du ministre de la santé et quelques complices après que l’organisation des nations unies (ONU) avait débloqué une somme de 15 millions de dollars du fond central pour les interventions d’urgence afin de financer et aider les pays vulnérables à lutter contre la propagation du covid-19.

Ce premier cas de l’épidémie sur le sol congolais a été signalé par le ministre de la santé Eteni Longondo, d’abord s’agissant d’un sujet belge, puis quelques heures après, il rectifie pour dire que c’était un congolais revenu de France, et actuellement il ne présente aucuns symptômes de l’épidémie selon le ministre.

Plusieurs autorités politiques avaient réagis suite à cette information, notamment la secrétaire générale du parti politique Mouvement de la libération du Congo (MLC) Eve Bazaïba, qui avait tweeté :

“CORONAVIRUS : en quelque chose malheur est bon!! RDC Système BENDA LOKOTRO – l’argent n’a pas d’odeur, dit-on. Allo! Ministère de la santé?” Quelques jours après elle traite ce tweet de dénonciation.

Le 22 mars, le gouverneur de la province du Haut Katanga, Jacques Kyabula, signale 2 cas de coronavirus à Lubumbashi, à Kinshasa, le ministre de la santé dément cette annonce après le dernier test des échantillons envoyés à l’Institut national des recherches biomédicales (INRB) révélé négatif.

Récemment le Dr. Jean-Jacques Muyembe, directeur de l’équipe de riposte contre le covid-19, a annoncé un cas testé positif au Nord-Kivu, mais le numéro 1 de la province, Carly Nzanzu Kasivita, rejette en bloc cela et dit qu’il serait détecté dans la province voisine de l’Ituri.

Ensuite, Gentiny Ngobila, gouverneur de la ville province de Kinshasa annonce par un communiqué, le confinement total intermittent, un jour avant la date prévue, après que le chef de l’état décrète un état d’urgence lors de son adresse à la nation le 23 mars. Le vendredi 27 mars, un grand nombre de la population s’est bousculée aux marchés pour trouver de quoi s’approvisionner, pas moyen d’observer des mesures d’hygiènes ni de distanciation sociale à cause des foules de gens au risque des milliers de contamination, juste à la période d’incubation des premiers lots de cas qui, sans doute pourrait privilégier une propagation historique, au finish dans la soirée, le porte parole du gouvernement provincial, Charles Mbutamuntu annonce le report de la mesure du confinement total à une date ultérieure.

En ce moment, la population kinoise vit en confinement partiel, et a besoin des informations rassurantes sur l’évolution de l’épidémie, des solutions appropriées qu’elle doit connaître pour espérer à une vie quotidienne sans la pandémie.
Le ministère de la santé, les gouverneurs de chaque province du pays doivent appliquer la bonne communication en ce moment où le coronavirus sévit plusieurs pays du monde. Ne pas se limiter à l’appel de l’hygiène, mais aussi, transmettre les messages d’espoir à l’éradication de la maladie.

Jusque là aucun traitement n’est connu pour soigner l’épidémie de coronavirus, ni un vaccin développé pour le moment. Certaines mesures non recommandées par le médecin que prennent les personnes effrayées par la maladie sont dangereuses.

Samuel Ndolo

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils